Un poêle à granulés est un excellent moyen de chauffage. Il permet aussi de diminuer sa note de gaz / électricité ou encore d’avoir un chauffage d’appoint dans une maison passive. Mais sa performance ne dépend pas que de son rendement. L’installation compte également, voire plus. Pour cela, nous vous donnons quelques conseils pour bien réussir l’installation de son poêle à granulés.

L’emplacement du poêle à granulés

L’emplacement du poêle est primordiale. D’ailleurs, c’est un critère important lors de votre achat. De facto, s’il n’est pas pris correctement en compte, l’intérêt du poêle peut être remis en question.

Il faut savoir qu’il n’est pas possible d’installer un poêle dans une chambre ou dans une pièce au volume trop petit. On considère en général moins de 20-25 m³. D’une part à cause de la masse de l’appareil, d’autre part du fait de sa puissance.

Ensuite, toute pièce éligible doit également disposer d’une bonne ventilation, car d’une manière ou d’une autre, il faudra évacuer les gaz vers l’extérieur. Dès lors, il faut tenir compte des aménagements présents et futurs du logement (cheminées existantes, murs porteurs, poutres, etc.).

Enfin, le revêtement de sol impose également certaines modifications. Ainsi, si vous avez du parquet (un combustible potentiel), il faudra ajouter une plaque en acier de 2 mm par-dessous l’appareil.

Les granulés de bois remplacent à merveille les bûches de bois

La distance de sécurité

Un poêle à granulés dégage énormément de chaleur. Son rendement est impressionnant. Mais cette chaleur ne peut pas être diffusée partout. Premièrement parce que vous aurez une perte de rendement énorme. Ensuite parce que certaines matières ne sont pas prévues pour être soumise à des températures élevées en continu. Voici quelques distances de sécurité à respecter :

  • Le sol doit être non combustible. Dans le cas contraire, poser une plaque en acier de 2mm.
  • 10 à 30 cm entre l’arrière du poêle et tout obstacle
  • 10 à 30 cm sur les côtés du poêle et tout obstacle
  • 80 à 150 cm face à la vitre du poêle à granulés

Le conduit de fumée

Afin d’évacuer les fumées et gaz de combustion, il faudra poser un conduit. Ce n’est pas un problème si vous faites construire, car on le prévoit alors sur plan. Idem pour les maisons récentes pour lesquelles les architectes ont prévu des sorties de ce type.

Pour le bâti plus ancien, il y aura deux possibilités. Soit l’utilisation d’une ancienne cheminée qu’il faudra tuber. Cela nécessite moins de travail et donc engendre moins de coûts annexes. L’autre possibilité est de percer soi-même une sortie en tenant compte des contraintes du bâtiment et des contraintes d’une cheminée.

Ainsi, des coudes à 90° sont à proscrire, tout comme des chemins trop longs qui ont tendance à faire stagner la fumée.

Enfin, il faut tenir compte de la hauteur à parcourir, car cela influera sur le diamètre du tuyau. Généralement, on prend des tuyaux de 80 à 100 mm.

L’arrivée d’air

Il existe deux types de poêle à granulés : les étanches et les non étanches. Pour les premiers, il est obligatoire d’ajouter une arrivée d’air pour pouvoir alimenter le feu en comburant. Pour les seconds, l’air est puisé dans la pièce, mais la proximité d’une source d’air est un plus.

Si vous devez installer une arrivée d’air, sachez qu’il faut placer un tube allant à l’extérieur. Cela signifie qu’il faut percer un mur extérieur et fixer un tube. De facto, le placement au centre du salon devient impossible, ou à tout le moins fort compliquée.

Si vous n’en avez pas la nécessité, vous pouvez vous en passer. Mais il faut savoir que toute modification de la maison peut entraîner une perte de rendement du poêle. C’est le cas si vous faites des travaux de type énergétique comme le remplacement des châssis ou l’isolation des murs. Les apports d’air disparaissent et le poêle en souffre.

Le détecteur de fumée

A partir du moment où vous avez un feu qui brûle dans votre habitation, un détecteur de fumée devient une nécessité absolue pour votre sécurité. Pensez à en acheter un avec une bonne durée de vie et de le placer correctement pour qu’il ne se déclenche pas à tout bout de champ.

De plus, la détection du monoxyde de carbone (CO) est un gros plus. Ce tueur silencieux est produit suite à une mauvaise combustion. Cette dernière peut venir d’un manque d’air, de pellets de mauvaise qualité, d’une humidité des pellets, etc.

Les pellets ont un excellent rendement calorifique

Les pellets

Un poêle à granulés ne serait rien sans les granulés, ou les pellets. Il est donc intéressant de prévoir une zone de stockage à proximité du poêle lors de son installation. Cela vous permettra de le remplir aisément. Ce stockage est également à déterminer en fonction de l’autonomie du poêle.

Enfin, le stockage des pellets doit se faire dans de bonnes conditions. Des pellets mouillés ou humides ne brûlent pas bien et produisent des gaz parasites dangereux !