La déficience auditive est un problème qui affecte près de 10 millions de Français. Cependant, le prix des appareils auditifs constitue une problématique majeure, empêchant la plupart d’entre eux de s’équiper correctement. Il est toutefois possible de s’appareiller à prix réduit grâce à diverses aides financières qui viennent compléter la prise en charge de l’Assurance Maladie et des mutuelles.

Remboursement des appareils auditifs : bientôt un reste à charge zéro

Pour l’achat de prothèses auditives, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge par la Sécurité sociale et votre mutuelle. Les modalités de remboursement ont évolué depuis janvier 2019, avec la réforme 100 % santé et l’introduction du reste à charge zéro (RAC 0).

Le remboursement par l’Assurance Maladie

Depuis le 1er janvier 2020, la Sécurité sociale applique une base de remboursement pour les soins auditifs. Celle-ci s’élève à 350 euros.

En 2020, ceux qui appartiennent au régime général (prise en charge à hauteur de 60 %) se verront restituer 210 euros par oreille. Néanmoins, l’âge des assurés est déterminant. Ainsi, ce remboursement vaut pour les patients âgés de plus de 21 ans. Par contre, la prise en charge par oreille s’élève à 1 400 euros pour les moins de 21 ans.

Pour prétendre au remboursement la Sécurité sociale, l’appareil doit être prescrit par un médecin spécialiste ORL. De même, il doit faire partie de la liste des produits et prestations (LPP) pris en charge par l’Assurance Maladie, vous pouvez dès maintenant découvrir le prix d’un appareil auditif sur le site Ideal Audition.

avoir des problèmes d'audition

La prise en charge par la mutuelle

Compte tenu du prix élevé des prothèses auditives, la prise en charge par la Sécurité sociale ne représente parfois qu’une infime partie des dépenses. Il est alors conseillé de souscrire un contrat de complémentaire santé afin de limiter le montant du reste à charge.

Les garanties dépendent du contrat souscrit auprès de l’organisme complémentaire. Selon le cas, la mutuelle peut proposer :

  • Un taux de remboursement, défini en fonction du tarif de base de l’Assurance Maladie ;
  • Un forfait annuel ;
  • Le remboursement du ticket modérateur (part de dépenses non prise en charge par l’Assurance Maladie).

La réforme 100 % santé et le reste à charge zéro

Mise en place par l’exécutif, la réforme 100 % santé se fixe comme objectif de supprimer le reste à charge des consommateurs d’ici 2021. Elle s’applique à différents soins, dont les prothèses auditives.

Depuis 2019, un plafond progressif s’applique au prix de vente des appareils auditifs. Différents paniers de soins ont aussi été mis en place. Parmi ceux-ci figure le panier 100 % santé qui inclut les équipements bénéficiant du RAC 0.

En parallèle, la base de remboursement de la Sécurité sociale augmente. Elle est censée atteindre 400 euros pour les patients de plus de 21 ans en 2021. Par conséquent, le montant du reste à charge diminuera au fur et à mesure jusqu’à sa suppression totale en 2021.

Problème audition avec l'âge

Profitez des financements complémentaires pour payer votre appareil auditif moins cher

En plus des prises en charge classiques proposées par la Sécurité sociale et les complémentaires santé, il existe des aides financières. Il est possible de recourir à ces dernières pour acquérir moins cher des prothèses auditives.

La prestation de compensation du handicap (PCH)

La PCH est une aide financière octroyée par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Vous pouvez en faire la demande sur Internet ou sur place. Vous devez alors fournir un audiogramme tonal et vocal, réalisé avec et sans votre appareil auditif. Il sera analysé afin de confirmer votre handicap.

La PCH est ouverte aux personnes âgées de 20 à 75 ans, dont le handicap a été reconnu avant 60 ans.

L’aide de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH)

L’AGEFIPH propose une aide financière destinée aux salariés du secteur privé et aux artisans. Cette subvention s’adresse aussi aux personnes qui travaillent dans le commerce ou qui exercent une profession libérale. Pour en bénéficier, vous devez faire une demande de reconnaissance de votre statut de travailleur handicapé.

Le montant de l’aide est plafonné. Le plafonnement est équivalent à la moitié de la facture, et ne doit pas excéder 800 euros par prothèse.

La subvention de l’Obligation d’emploi des travailleurs handicapés (OETH)

Comme l’AGEFIPH, l’OETH attribue une aide financière aux travailleurs rattachés à l’organisme sur l’initiative de leur employeur. La subvention est plafonnée à 800 euros par prothèse. Elle peut complémenter le financement de l’Assurance Maladie, de la mutuelle et de la MDPH.

L’aide du Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP)

Pour leur part, les salariés du secteur public peuvent se tourner vers le FIPHFP. L’organisme accorde également une aide financière après reconnaissance de la situation du handicap. Plafonnée à 1 600 euros sur 3 ans, la subvention s’appliquera au reste à charge après le remboursement de l’Assurance Maladie et de la complémentaire santé.

Pour payer moins cher, comparez les prix !

Les audioprothésistes sont aujourd’hui nombreux. Prenez donc le temps de comparer leurs prestations et leurs prix avant de vous décider.

Pour trouver la meilleure offre, renseignez-vous sur les prestations incluses dans le prix de vente des appareils. En général, le tarif proposé comprend :

  • Un bilan auditif ;
  • Un essai des prothèses à domicile ;
  • Les ajustements et les réglages qui s’imposent ;
  • Le suivi des appareils durant toute leur durée de vie ;
  • Une garantie, pour les réparations par exemple.

Plus les services inclus dans le prix de vente seront diversifiés, moins vous dépenserez pour des prestations complémentaires.