Malgré la grande joie d’être enceinte, on n’est jamais à l’abri de l’angoisse lors d’une première grossesse. Pour profiter de cette période de plénitude aussi bien au travail qu’à la maison, la règle est simple : être au mieux dans son esprit et dans son corps, rester en pleine forme et au mieux de son éclat. Et puisque toutes les futures mamans rêvent de passer leur grossesse dans la joie et sans le stress et les angoisses, voici nos 6 astuces pour que vous viviez cette première grossesse le plus harmonieusement possible.

#1 Bien planifier sa grossesse

Avant toute chose, il convient d’annoncer votre départ en congé maternité pour que votre employeur puisse anticiper votre départ en congé. Il est préférable de prévenir votre supérieur avant d’annoncer la nouvelle à vos collègues, pour que celui-ci ne l’apprenne au détour d’une conversation.

Tout au long de votre grossesse, il est indispensable d’éviter le surmenage et de se s’accorder des pauses régulières. Cela vous permet de mieux gérer votre stress, quelle que soit votre charge de travail. N’hésitez pas à faire de l’automassage ou des exercices de respiration pour vous apaiser en cas de coup dur.

#2 Penser à boire beaucoup d’eau pour s’hydrater

On sait bien que toute personne a besoin de boire au moins 1,5 litre d’eau par jour. Cependant, une femme enceinte en a beaucoup plus besoin pour hydrater son organisme pendant cette période. D’autant plus que l’hydratation régulière du corps permet de prévenir les infections urinaires et la constipation.

Il est vrai que boire de l’eau n’est pas facile au cours des premiers mois en raison des nausées et vomissements. Cependant, vous pouvez opter pour des eaux aromatisées fait-maison qui seront plus agréables à savourer. Il en est de même pour les infusions, qui apporteront un petit plus grâce à leurs vertus naturelles, apaisantes pour l’organisme.

Par ailleurs, il faut savoir que certaines tisanes ont un pouvoir contre les nausées, comme la marjolaine, la mélisse et le gingembre. Pour les maux de grossesse (jambes lourdes, reflux gastriques, douleurs de dos…), vous pouvez demander conseil à un phytothérapeute pour trouver les infusions naturelles correspondantes.

s'hydrater pendant la grossesse

#3 Éviter certains aliments, boissons et produits

Toute femme enceinte se doit d’être vigilante dans son alimentation ainsi que son hygiène de vie. Bien évidemment, certains aliments n’auront plus leur place dans votre alimentation pendant les prochains mois, à cause des risques d’incidents sur le fœtus.

Parmi ces produits à exclure impérativement, citons :

  • L’alcool, qui représente bien entendu un danger pour le système nerveux du bébé, alors susceptible de subir des troubles neurocomportementaux, des problèmes de malformation, un retard de croissance intra-utérine… Il faut noter que l’alcool sous toutes ses formes entraîne des dommages importants en traversant le placenta, et sa concentration est à même teneur dans l’organisme pour la mère et son bébé.
  • Le tabac est lui aussi l’un des produits les plus nocifs pour les femmes enceintes : risque de grossesse extra-utérine, accidents obstétricaux sont parmi les risques encourus.
  • La caféine et la théine : même si elles ne sont pas vraiment déconseillées, ces deux substances sont toutefois à réduire durant la grossesse. Multipliant les risques de troubles cardiaques chez le fœtus, le café et le thé doivent être limités à 3 tasses par jour, si vraiment vous ne pouvez pas vous en passer. Et encore faut-il choisir du café léger pour limiter les risques au minimum.
  • Les fromages à pâte molle, croûte lavée ou fleurie (brie, camembert…) et les charcuteries sont eux aussi à proscrire pour prévenir la listériose, une maladie toutefois rare en France (50 cas diagnostiqués chaque année).

Pour trouver la liste des aliments recommandés ou déconseillés pendant la grossesse, nous vous recommandons d’ailleurs de consulter le site et l’application Alimentation Grossesse.

#4 Adopter une bonne hygiène de vie

Dès lors que vous apprenez la bonne nouvelle lors d’un test de grossesse, vous devez sans doute penser à modifier votre hygiène de vie. En effet, votre sensibilité et votre fragilité accroissent significativement lorsque votre organisme est au contact des microbes et parasites. Pour ce faire :

  • Pensez toujours à vous laver les mains avec du savon après chaque passage aux toilettes, après avoir été en contact avec des objets et vêtements souillés par du sable, ou encore après avoir dorloté votre chat ou chien. N’hésitez pas non plus à porter des gants lorsque vous changez la literie de votre animal.
  • Bien nettoyer les aliments que vous cuisinez, en les passant dans une eau vinaigrée (pour les fruits et légumes) afin d’en éliminer les bactéries.
  • Nettoyez régulièrement votre réfrigérateur en plaçant les aliments les plus fragiles (viandes, lait, plats préparés…) sur le compartiment le plus froid. N’oubliez pas de bien emballer chaque aliment, cru ou cuit, que vous conservez au réfrigérateur.
  • Évitez les plats préparés industriels, et ne laissez pas trop longtemps les restes de vos aliments au réfrigérateur.
  • Cuisinez toujours vos viandes bien cuites et à point. Ne consommez jamais de viandes, poissons et des produits laitiers crus, surtout si vous n’êtes pas vaccinée contre la toxoplasmose. Par ailleurs, ayez toujours le réflexe de choisir des œufs frais de catégorie A lorsque vous préparez des plats à base d’œufs crus (mayonnaise, mousse au chocolat…).
avoir son premier enfant

#5 Faites une activité physique régulière

Qui dit grossesse ne dit pas forcément repos mérité ! Bien au contraire, cette période de plénitude est le moment propice pour réaliser des exercices physiques afin de diminuer le risque de diabète gestationnel et de pré-éclampsie. De plus, une activité physique régulière est bien connue pour assurer le bien-être psychologique et physique des futures mamans. Mais encore faut-il se contenter des activités sportives douces, comme la marche et la natation.

#6 Prendre des rendez-vous avec son médecin

En cas de sensation anormale ou de douleurs inhabituelles, n’hésitez pas à consulter votre gynécologue ou votre sage-femme, qui pourra réaliser le contrôle nécessaire. Le professionnel de santé saura vous donner tous les conseils de prévention afin d’assurer le bon développement du fœtus et de multiplier les chances pour un accouchement optimal.