The Gloaming, une série noire australienne

Les frères Grimm a été arrêté. D’autres séries du même genre ont connu le même sort. Le créneau était donc libre pour un nouvel arrivant. En attendant le Fear Street sur Netflix, qui est une adaptation des romans de R. L. Stine, The Gloaming semble une bonne alternative.

Comme on peut s’en douter en lisant l’intro, il s’agit d’une série policière aux relents surnaturels. LA série ne s’en cache d’ailleurs pas puisque cette tendance est perceptible dès les premières minutes du premier épisode. La série commence par la découverte, par la police, d’un corps encerclé dans des fils de fer. Il s’agit du corps d’une personne disparue 20 ans plus tôt lors de l’exploration d’une étrange bâtisse.

The Gloaming reprend tous les codes d’une série policière. Mais pour mettre un peu de piment, les meurtriers ont des éléments fantastiques. Mêlant magie noire, sectes et mondes parallèles / mystiques. Toujours sympa à regarder, il faut tout de même un certain penchant pour le genre pour suivre les huit épisodes déjà disponibles en streaming sur Disney + Star.

Du côté des personnages, on retrouve l’enquêtrice de la police, un peu torturée par ses propres démons. Elle habite une petite ville qui regorge de secrets et que les habitants ne sont pas nécessairement enclins à les révéler. Les autres personnages de la série répondent également aux stéréotypes nécessaires du genre. Mais cela fonctionne… Et c’est tout ce qu’on demande.

A lire :  Qui est Nisa Sofiya Aksongur ?

Pour nous, Européens, la série amène un petit vent de fraicheur puisqu’elle originaire d’Australie. L’intrigue se déroule sur l’île de Tasmanie, loin de tout. Et c’est l’occasion de découvrir un nouveau décor…

Enfin, il faudra noter que l’ensemble du casting nous est quasiment inconnu. Certes, le rôle principal est tenu par Emma Booth (Once Upon a Time, Love Hunters) et le principal antagoniste est incarné par Martin Henderson (Virgin River, The Ring). Pour le reste, ce sont des stars locales en Australie, mais qui n’ont pas encore percé à l’international…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *