Jadis boutique locale, l’entreprise italienne Fila est devenue, dans les années 1970, l’un des principaux concepteurs mondiaux d’articles de mode sportive haut de gamme. Son succès est si fulgurant que dans les années 1990, elle concurrence allègrement les grandes enseignes américaines telles que Nike et Reebok. Mais au début des années 2000, La marque avait du mal à définir son identité en raison d’une propriété en rotation constante et plusieurs observateurs la croyaient finie. En 2003, Fila se sépare d’une partie de ses actifs. Sa filiale américaine est reprise par une filiale de la société de capital-investissement Cerberus Capital Management, qui à son tour la cède à Fila Korea en 2007. Depuis, l’enseigne se fait de nouveau remarquer aussi bien dans le milieu sportif que dans l’univers retro de la mode de rue. De l’Italie à la Corée du Sud en passant par les États-Unis, Fila a une petite histoire palpitante qui mérite d’être connue.   

Fila dans ses débuts en Italie

La naissance de la marque Fila remonte à 1911 lorsque Giansevero Fila s’associe à ses trois frères pour ouvrir un magasin à Coggiola, dans la province de Biella, au sud-ouest de l’Italie. L’objectif de ces 4 frères était de fabriquer du textile pour les habitants de cette localité. Ils se sont inspirés de leur terroir pour produire des tissus de très bonne qualité ainsi que des sous-vêtements pour femmes et pour hommes. Dans la même province de Biella, évoluait également la société Maglificio Biellese, née en février 1923 avec son siège Viale Cesare Battisti.

Fila et Rihanna
Lorsque Maby devient Fila Sport, l’enseigne évoluait dans la mode sportive de luxe et on n’était loin de s’imaginer qu’elle finirait par miser sur le streetwear en s’alliant à des icônes comme Rihanna.

Cette autre structure spécialisée dans la production de sous-vêtements pour femmes, hommes et enfants se rapproche de la première et devient Maglificio Biellese Fratelli Fila Spa en 1967. La nouvelle entité est capable de développer tous les processus de traitement de la matière textile, allant du fil aux vêtements prêts à porter. En 1968, Giansevero Fila a confié le poste de directeur général de la société à Enrico Frachey qui partageait la vision de l’entreprise. C’est ce duo qui a entrepris la transformation de la société en une marque mondiale de vêtements de sport. En 1972, l’entreprise employait plus de 250 personnes et atteignait plus d’un milliard de lires. Une autre fusion a lieu en 1973 et Maby devient Fila Sport.

Envergure mondiale de l’enseigne de vêtements de sport

Tennis

Fila s’est établie sur le marché mondial en s’associant à des projets et à des champions sportifs. L’un des premiers sports dans lesquels elle s’est lancée est le tennis. Dans les années 70, l’enseigne proposa des tenues nettement différentes des traditionnelles. Elle fut adoptée par des champions comme Björn Borg et Guillermo Vilas. Adriano Panatta, un joueur italien très représentatif porta aussi des tenues Fila. De plus, l’enseigne s’attèlera à produire des raquettes de tennis. Plusieurs joueurs de compétition, de Gianni Ocleppo à Victor Pecci, ont utilisé ces raquettes.

Dans les années 80 et 90, l’ascension de Fila dans le tennis s’est poursuivie avec des athlètes qui se sont démarqués par leurs styles uniques sur l’air de jeu et par de brillants résultats sportifs. Il s’agit de Boris becker, Monica Seles, Jennifer Capriati, Gabriela Sabatini, entre autres. Durant plusieurs décennies, la marque est sponsor de l’US tennis Open. Elle a habillé et habille aussi des joueurs de tennis de renom comme Kim Clijsters, Dmitry Tursunov, Anna Čakvetadze, James Blake, Marin Čilić, Janko Tipsarević. Plus tard, Fila sponsorise Karin Knapp, Fabio Fognini et d’Andreas Seppi.

Basketball

En plus d’être sponsor de l’US Tennis Open aux Etats-Unis, Fila s’est fait remarquer dans le basketball. S’inspirant du partenariat gagnant entre Nike et Michael Jordan, la firme a choisi de signer en 1994 avec Grant Hill, à l’époque grande star de la NBA. Cette option porte ses fruits : la chaussure de Hill a contribué à élever Fila à la deuxième place des ventes de chaussures de basket-ball en 1996. Mais, du fait de ses nombreuses blessures, Hill n’a pu déployé tout son potentiel de star.

Grant Hill dans la petite histoire de la marque Fila
Le sponsoring de Grant Hill a permis à la marque Fila de se hisser à la seconde place des ventes de chaussures de sport aux États-Unis et dans le monde.

Autres sports

C’est en 1974 que Fila fait ses débuts au ski en collaborant avec Ingemar Stenmark, champion de Suède. L’enseigne parraine aussi de grands champions italiens du ski tels que Deborah Compagnoni et Alberto Tomba. Elle se fait aussi remarquer en 1978 aux côtés de Reinhold Messner (surnommée la légende de l’alpinisme) dans le projet héroïque de grimper à l’ Everest sans oxygène puis celui d’escalader 14 sommets de plus de 8000 mètres d’altitude.

Fila dans le Streetwear

On a vu Rihanna vêtue d’un polo Fila courant 2017 et Beyoncé arborer un haut jaune de l’enseigne. La présence de la marque dans l’univers du Hip-hop date de plusieurs décennies. Pour preuve, les chaussures, survêtements, chapeaux et bien d’autres accessoires de la marque ont été utilisés par des rappeurs comme Nas, LL Cool J et Big Daddy Kane. On pouvait voir sur la couverture arrière du disque « All Eyes On Me » de Tupac, le « F » au bas des filas du rappeur. Fila Skate permet aux jeunes branchés de « glisser » dans les rues ou du moins de se déplacer dans un style qui les démarque de la masse. Vous pouvez découvrir notre guide sur les claquettes qui présente une des chaussures de la marque Fila.